1) Yvon Le Men, Président d'honneur

Publié le 4 Avril 2016

Yvon Le Men est né en 1953 à Tréguier. Il est la figure de proue de la poésie aujourd’hui écrite en Bretagne. Depuis son premier livre, Vie (1974), écrire et dire sont les seuls métiers d’Yvon Le Men: « L’écriture, c’est la solitude et l’absence. La scène, c’est la présence et le partage. J’ai besoin de ces deux chemins ».

À Lannion, où il vit, il crée en 1992, avec Le Carré magique, les soirées « Il fait un temps de poème », où il se fait le passeur des poètes et des écrivains du monde entier. Programmateur aux côtés de Michel Le Bris, il instaure dès 1997 un espace dédié à la poésie au festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo. Depuis 1972, il a donné des récitals dans de nombreux villages et villes de Bretagne, de France et dans une vingtaine de pays dont la Chine, le Liban, le Québec, le Brésil, Haïti, le Congo, le Mali, l’Algérie, le Maroc et dans presque tous les pays d’Europe. Ses poèmes, livres ou anthologies, sont traduits dans une vingtaine de langues.

Auteur d’une œuvre poétique importante à laquelle viennent s’ajouter dix récits, deux romans et un recueil de nouvelles.

Derniers livres parus :

Existence marginale mais ne trouble pas l’ordre public, Éditions Flammarion, 2012

Sous le plafond des phrases, Éditions Bruno Doucey, 2013

En fin de droits, dessins de Pef, Éditions Bruno Doucey, 2014

Une île en terre, Éditions Bruno Doucey, 2016

Tirer la langue, Éditions La passe du vent, 2016

Les Rumeurs de Babel, illustrations d’Emmanuel Lepage, Éditions Dialogues, 2016.

Yvon Le Men

Les rumeurs de Babel

illustré par Emmanuel Lepage

Ce nouveau livre d' Yvon Le Men est le fruit d’une résidence d’auteur au sein du quartier de Maurepas, à Rennes. Cette cité, construite dans les années 70, subit de plein fouet la précarité et le chômage. Yvon Le Men est parti à la rencontre de ses habitants avec sa sensibilité d'Homme et de Poète. «…Avec peine, de temps en temps ; avec joie, aussi. Si le voisin est bon, la chanson sera bonne...» Avec aussi les bruits, les rumeurs, les rencontres chaleureuses, les paroles... mot à mot le poème va prendre vie.

« ...j'écris ces mots / en son nom / au nom de ce que j'entends / partout où je passe / j'écris ces mots / qui me posent question / et posent les questions... » Yvon Le Men.

Superbement illustré par Emmanuel Lepage, auteur de bande dessinée et illustrateur talentueux, qui apporte son regard personnel et coloré sur Les rumeurs de Babel.

« ...comme ma mère / lui dis-je / qui passait par la laine / pour passer son amour... » Yvon Le Men.

www.editions-dialogues.fr

Yvon Le Men

Une île en terre

Les continents sont des radeaux perdus 1.

« Cette île en terre, quelle est-elle ? Pour Yvon Le Men, qui nous livre ici le premier recueil d’une trilogie, l’île est d’abord le hameau où se déroule une enfance en noir et blanc, aux lisières de la pauvreté, un lieu où des vies humbles ont tracé le sillon de leur humanité. Celle d’un père trop tôt parti, d’une mère chevillée au réel, d’un voisin, l’inénarrable Jean-Claude, que chacun pourrait avoir rencontré « dans la banlieue de sa vie ». Cette île est aussi celle que l’enfant s’invente pour grandir : des premières lectures une pile électrique sous les draps, aux rêves qui traversent la fenêtre comme des oiseaux blancs, il laisse à la poésie le soin de gouverner son cœur. Un voyage pour « aller à l’étranger comme chez son ami, et chez son ami comme à l’étranger ». » Bruno Doucey poète, éditeur de poètes.

« Épelée sur la route des souvenirs / qui descendent en enfance / et remontent vers la source... » Yvon Le Men.

Yvon Le Men

En fin de droits

Dessins de Pef

« Une lettre administrative, et tout chavire… Pour Yvon Le Men, poète et diseur de poèmes, la vie bascule lorsque Pôle Emploi lui annonce qu’il est radié du régime des intermittents du spectacle et contraint de rembourser des années d’indemnités. Le souvenir de la pauvreté lui remonte au cœur comme la marée, tandis que la perte de ses droits le ramène vers tous ceux que le chômage rejette aux marges de la société. Son histoire pourrait être celle de chacun d’entre nous face à l’incommunicabilité et la douleur de n’être pas entendu. Ce livre n’est pas la complainte d’un homme aux prises avec l’administration, mais un cri qui se joint à d’autres cris, ainsi que le suggèrent les dessins de Pef. Un texte d’utilité publique souvent poignant, qui fait entendre les pulsations d’un cœur « en espoir de cause ». » Bruno Doucey poète, éditeur de poètes.

« …avant j'avais un métier / maintenant j'ai un emploi / m'a dit un jour / un paludier / dont le sel brillait encore en blanc dans ses yeux / un employé qui ploie / comme le roseau... » Yvon Le Men.

 

Yvon Le Men a présidé le Festival du Livre en Bretagne de Guérande en 2016. Il vient de publier  Le poids d'un nuage  aux éditions Bruno Doucey, janvier 2017. Dans ce livre, « on suit les rivières, les rivages, ceux qui bordent la Bretagne de Guérande au Mont-Saint-Michel... »

Le mot de l’éditeur : Un an après la publication d’Une île en terre, Yvon Le Men nous offre le second volume de sa trilogie, Le poids d’un nuage. L’heure n’est plus à l’espace clos de l’enfance, aux parents, aux voisins, mais aux fenêtres que l’on ouvre, aux portes que l’on pousse. L’oiseau ne chante plus sur son arbre généalogique, il vole désormais à la rencontre du monde. « On grandit… On s’ouvre au dehors », écrit le poète dans les premières lignes du livre. Et de raconter cette ouverture qui passe par les paysages : ceux qui dessinent le ciel et la mer de Bretagne, les rivières, les visages ; plus encore peut-être, ceux que les peintres ont imagés ou rêvés, que les écrivains ont nommés et animés. « Comme si notre œil pressentait que regarder c’est toujours regarder une première fois, pour la dernière fois. »

http://www.editions-brunodoucey.com/