Publié le 26 Octobre 2012

invitée : Claire FOURIER

Claire Fourier,

née le 15 juin 1944 à Ploudalmézeau au nord de Brest, Finistère. Elle vit à Paris et Carnac.

Diplômée d'Histoire et de l'Ecole Nationale Supérieure des Bibliothèques, Claire Fourier a été professeur de Lettres et bibliothécaire. Une existence itinérante la prive de son métier, elle se consacre alors à l'écriture. Claire Fourier a emprunté son nom de plume à Charles Fourier pour l'amour de la fantaisie, du sourire et pour la théorie de « l'attraction passionnée » développée par l'utopiste.

En 1987, elle montre le manuscrit en cours de Ce que dit le vent d'Ouest à Maurice Blanchot qui exprime aussitôt son bonheur de lire le texte dans ce qu'il a de libre et range l'auteur aux côtés de Louise Labé et de madame de Sévigné. Mais elle attendra neuf ans pour publier Métro Ciel qui enthousiasme Hubert Nyssen. Elle a été encouragée dans l'écriture aussi par Henri Pollès, Charles Juliet. Pierre Sipriot dira que Métro Ciel lui a rendu le goût de la littérature et de la vie et que La Trace est le cogito de la sensibilité. Jean Markale disait reconnaître dans Comme en passant la veine celtique et surréaliste de Joyce, celle qui fait passer une vie dans une page et ouvre sur le rêve le moment plus ordinaire. Bernard Noël a écrit qu'elle a inventé un nouveau genre : la sensualité verbale.

Les livres de Claire Fourier, marqués par le goût du discontinu et du digressif, nouent l'introspection à la narration dans un souci de rigueur poétique ; ils entrent difficilement dans un genre défini, c'est pour la commodité qu'il faut les appeler tantôt romans, récits, essais, poèmes, haïku. Qu'est-ce que je cherche à dire ? L'état central fluctuant qui est le nôtre, les idées folles, les idées sages qui nous assaillent et nous déstabilisent, l'impermanence permanente, les besoins profonds sous les désirs passagers, les ricochets de l'âme sur l'eau du temps.

Claire Fourier a été récompensée pour son roman : Les Silences de la guerre,

Éditions Dialogues, par le Prix Bretagne 2012.

Nominé Prix Maison de la presse 2012.

Prix Ar Vro de la Ville de Vannes 2012.

Prix de la Ville de Carhaix 2012.

_______________________________________________________________

Aux éditions Actes Sud

Métro Ciel, suivi de Vague conjugale, récits, coll. Un endroit où aller, 1996. Rééd poche, coll. Babel, 2006.

Aux éditions Bartillat

Je vais tuer mon mari..., roman, 1997.

La Trace, méditation, 1999.

C'est de fatigue que se ferment les yeux des femmes, récit, 2002.

Je vais tuer mon mari..., roman. Rééd. poche, Bartillat, coll. Omnia, octobre 2009.

À l'Atelier des Brisants

RC4, Route du Sang, récit historique, 2000. Epuisé.

Chez Jean-Paul Rocher

Ce que dit le vent d'Ouest, roman, 1998.

L'amante océane, récit, 1999. Epuisé.

Plus marine que la mer, roman, 2001.

Bernard Noël ou Achille immobile à grands pas. Suivi de Nonoléon de Bernard Noël, essai, 2002.

Au clair de la solitude, roman, 2004.

Route Coloniale 4 en Indochine, rééd. de RC4, Route du Sang, 2004.

À contre-jour(nal). En filant le temps, 1er novembre 2004-31 octobre 2005. Publié en 2006.

Comme en passant, récit. Suivi d'une lettre de Bernard Noël, 2008.

La Visite, récit, 2008.

L'amante océane, nouvelle éd. resongée, 2008.

Saint-amour ou les vignes du rêve, récit, éd. renouvelée et augmentée, coll. Les fruits défendus, 2008.

Je ne compte que les heures heureuses, roman, 2010

Aux Editions Le Serpent à plumes

Plus marine que la mer, roman, rééd. coll. Motifs, 2004.

Éditions Dialogues

Les Silences de la guerre, roman, janvier 2012.

_________________________________________________

Source :http://fr.wikipedia.org/wiki/Claire_Fourier

LIRE aussi, un très bel article sur Claire FOURIER : "Les heures heureuses de Claire Fourier" sous la plume de Alain-Gabriel Monot, dans le dernier numéro de Ar Men (novembre-décembre 2012)

invitée : Claire FOURIER

Rédigé par Christian

Publié le 22 Octobre 2012

invitée : Mary LESTER

Mary Lester

______________________________________________________

Nom : Lester
Prénoms : Mary - Prunelle
Age : 30 ans
Née à : Quimper
Fille de : Jean-Marie Le Ster - capitaine marchand
et de : Thumette - Prunelle Draoulec - Pianiste - Décédée
Diplômes : Licenciée en droit
Profession : Capitaine de police
Hobby : Piano - Photo - navigation à la voile et, plus récemment, l'écriture
SOURCE : http://marylester.free.fr

- Forte de caractère, Mary Lester exerce le métier de capitaine de Police par passion. Elle aime fouiller à la recherche du moindre indice qui la mènera vers la résolution de l'enquête. C'est un flic très efficace, mais pourtant, ses méthodes et son comportement envers sa hiérarchie ne sont pas du goût de tous.

- Mary Lester est une héroïne de romans policiers, née de l'imagination de Jean Failler. (Editions du Palémon)

- Ses enquêtes se déroulent successivement dans différentes villes et régions de Bretagne. Les personnages secondaires récurrents sont le commissaire Fabien, supérieur hiérarchique de Mary, et Fortin, son collègue et ange gardien.

Les romans parus à ce jour :

1.Les Bruines de Lanester (1992)

2.Les Diamants de l'archiduc (Quimper, 1993)

3.La Mort au bord de l'étang (Cornouaille, 1993)

4.Marée blanche (Concarneau, 1994)

5.Le Manoir écarlate (dans la région de Châteauneuf-du-Faou, notamment au château de Trévarez, 1994)

6.Boucaille sur Douarnenez (1995)

7.L'Homme aux doigts bleus (La Baule, 1995)

8.La Cité des dogues (Saint-Malo, 1996)

9.On a volé la Belle Étoile (Camaret-sur-Mer, 1996)

10.Brume sous le grand pont (Saint-Nazaire, 1997)

11.Mort d'une rombière (l'Île-Tudy, 1997)

12.Aller simple pour l'enfer (En mer, entre les îles Féroé et l'Islande, 1998)

13.Roulette russe pour Mary Lester (Saint-Quay-Portrieux, 1998)

14.À l'aube du troisième jour (Carhaix, pendant le festival des Vieilles Charrues, 1999)

15.Les Gens de la rivière (les rives de l'Odet, 1999)

16.La Bougresse (Les Montagnes Noires, 2000)

17.La Régate du Saint-Philibert (La Trinité-sur-Mer, 2000)

18.Le Testament Duchien (Huelgoat, 2001)

19.L'Or du Louvre (l'archipel des Glénans, 2001)

20.Forces noires (Rennes, 2002)

21.Couleur canari (Nantes, 2003)

22.Le Renard des grèves - tome 1 (Nord-Finistère, 2003)

23.Le Renard des grèves - tome 2 (Nord-Finistère, 2003)

24.Les Fautes de Lammé-Bouret (Pont-Aven, 2003)

25.La Variée était en noir (la Brière, 2004)

26.Rien qu'une histoire d'amour (la ria d'Étel et Douarnenez, 2004)

27.Ça ira mieux demain (cap Sizun, 2005)

28.Bouboule est mort (Saint-Brieuc, 2006)

29.Le Passager de la Toussaint (Brest, 2006)

30.Te souviens-tu de Souliko'o - Tome 1 (Nord - Finistère et Australie, 2007)

31.Te souviens-tu de Souliko'o - Tome 2 (Nord - Finistère et Australie, 2007)

32.Sans verser de larmes (Nord - Finistère, 2008)

33.Il vous suffira de mourir (Tome 1) - Motel des forges (Lac de Guerlédan, 2009)

34.Il vous suffira de mourir (Tome 2) - Le Brâme du cerf (Lac de Guerlédan, 2009)

35.Casa del Amor (Noirmoutier, 2010)

36.Le 3e œil du professeur Margerie (Quimper, 2011)

37.Villa des Quatre Vents - Tome 1 (Nord - Finistère, 2012)

38.Villa des Quatre Vents - Tome 2 (Nord - Finistère et Région parisienne, 2012)

Adaptation télévisée :

En 1998 est tourné le téléfilm Marée Blanche, dont l'histoire est adaptée du livre éponyme, avec quelques ajouts des scénaristes. Ce policier, réalisé par Christiane Leherissey d'une durée de 90 minutes, met en scène Mary Lester sous les traits de Sophie de La Rochefoucauld.

________________________________________________________________

Source et infos sur :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mary_Lester

http://marylester.free.fr

invitée : Mary LESTER

Rédigé par Christian

Publié le 20 Octobre 2012

invitée : Anne CHATE

Anne Chaté

est enseignante à l'IUT de Saint-Nazaire (Université de Nantes).

Docteure en sociologie et agrégée de science sociales, elle a écrit des essais sociologiques.

Bonheur tranquille : vivre avec l'esprit de modération (Editions Payot)

L'aube incertaine, est son premier roman.

(Editions L'harmattan)

invitée : Anne CHATE

Rédigé par Chris

Publié le 20 Octobre 2012

invitée : Liza KERIVEL

Liza Kerivel

est née en 1978. Elle vit à Saint-Nazaire.

« Je ne suis pas née en 1972. Je n'ai pas vécu mon enfance dans les Deux Sèvres (je m'en souviendrais). Je ne suis pas cinquième d'une fratrie de six filles. J'ai eu mon baccalauréat. Je n'ai pas fait d'études de médecine car je ne supporte pas la vue du sang. Je suis sociologue. J'ai été formatrice d'insertion, chargée d'études, enseignante, chargée de mission... enfin bref, je suis toujours chargée de quelque chose ! Je vis à Saint-Nazaire en Loire-Atlantique. J'y travaille, j'y vis. J'écris aussi. Je publie depuis 2009. »

2009 : Des Equilibres. Un recueil de nouvelles. 11 histoires courtes qui ont la particularité de finir mal même lorsqu'elles finissent bien.
2010 : Inventaire des Silences. Un premier roman qui raconte ce que peut être une vie après la vie, sans jamais parler de la mort.
 2011 : Métamorphose de la Fuite et des Saisons. Un second roman qui parle encore de la vie, mais aussi de la vie, des lotissements, des hommes et des commissariats.

Pour le reste de la bio, elle est à venir, elle s'écrit dans l'avenir et l'avenir l'écrit...

http://liza-kerivel.eklablog.com/

Métamorphose de la fuite et des saisons
est son second roman publié aux éditions MLD.

invitée : Liza KERIVEL

Rédigé par Christian

Publié le 11 Octobre 2012

invitée : Fabienne JUHEL

Fabienne Juhel

Née en 1965 à Saint-Brieuc, Fabienne Juhel est professeur de lettres dans les Côtes d’Armor. Son premier roman, La verticale de la lune, a été publié en 2005 par Zulma, les suivants au Rouergue, dans la brune : Les bois dormants (2007), À l’angle du renard (2009) pour lequel elle a obtenu le Prix Ouest France / Étonnants Voyageurs et Les hommes sirènes (2011), Les oubliés de la lande (2012).

_________________

" J'ai eu la chance de grandir à la campagne, au milieu d'un bois, sur un tertre, entourée de mégalithes et de plumes de faisans. Mes premières sorties furent nocturnes et pleines de cris d'animaux de la nuit. J'ai d'ailleurs gardé cette habitude d'explorer le monde de la nuit dans le grand jardin que j'habite aujourd'hui, car, oui, il me semble que j'habite davantage un jardin qu'une maison.

Ma venue à l'écriture n'est pas le fait d'un hasard ni même le fruit d'un choix réfléchi. Enfant, je racontais déjà des histoires à ma petite sœur, et mon père, qui ne nous a jamais lu de contes pour enfants, inventait sans cesse des histoires où il était question d'animaux et de paysage... Les hommes n'avaient pas droit de cité.

J'aurais pu être vétérinaire si je n'avais pas été si mauvaise en mathématique, ni cancre dans mes longues années collège, mais j'ai préféré me tourner vers des études de lettres parce que mes premières véritables émotions ont été littéraires et artistiques. Une équation à une ou plusieurs inconnues ne m'a jamais donné autant de frissons et de plaisir qu'un vers de Baudelaire – « Je suis belle, ô mortels, comme un rêve de pierre » – ou de Tristan Corbière – « Ici reviendra la fleurette blême ».

Après un doctorat de lettres, je me suis trouvée embringuée – j'aime bien ce mot –, dans l'enseignement. Moi qui n'ai jamais aimé l'école et ne l'aime toujours pas, cela peut paraître paradoxal, mais j'ai coutume de dire à mes élèves que je n'enseigne pas une matière mais un art de vivre, une manière d'être au monde, de naître au monde, comme je leur répète que le livre rend libre, que la seule lettre qui démarque ces deux mots si semblables est le « v », le v d'une victoire acquise de longues luttes sur les choses et le monde avant de le déserter, contenté... Je pourrais dire aussi que j'essaye de transmettre mon goût pour les mots à mon jeune public, les lecteurs de demain, mes lecteurs... Alors, oui, on dira que je travaille pour ma chapelle !

Un jour, j'ai envoyé un manuscrit à une maison d'édition, et cela a été mon premier roman publié, La Verticale de la lune. Depuis j'en ai publié quatre autres, Les Hommes Sirènes, 2011 et Les Oubliés de la lande, 2012, sont les derniers.

Des constantes se dégagent, mon goût pour la nature, nature qui tient le rôle d'un véritable personnage dans mon univers romanesque, mon goût pour les animaux, les hommes en rupture de banc, les Indiens, l'enfance sauvage et effarouchée, la lumière, la part solaire et celle d'ombre en chacun de nous, mais aussi pour l'onirisme, les mondes en lisière, les territoires vierges, et, je dois bien l'avouer, ma hantise de la mort. L'idée de devoir un jour quitter ce monde tout murmure et sensuel m'est proprement insupportable. Alors, je crois, oui, que chaque roman est pour moi, une façon de l'appréhender sans crainte, et je suis encore loin du compte. D'autres histoires en gésine... Et, quand je n’écris pas, je m’occupe de mon jardin et de mes chats."

Fabienne Juhel

invitée : Fabienne JUHEL

Rédigé par Chris

Publié le 10 Octobre 2012

invitée : Angèle JACQ

Angèle JACQ

née en 1937 à Landudal, cette ancienne agricultice est maintenant un écrivain breton d'une grande sensibilité.

Elle milite également pour la langue bretonne.

Signataire de l'Appel de Carhaix, elle est porte-parole du Collectif Breton pour la Démocratie.

Elle est à l'initiative d'une pétition 101 écrivains pour les langues régionales : 101 écrivains à Vannes signent pour la langue bretonne

Elle a publié plusieurs romans :

Les braises de la liberté, France-Empire 1995. Republié en 2010 [Coop-Breizh], ce roman fait l'objet d'une suite, Tinaig [Coop-Breizh]

Légendes de Bretagne, France-Empire 1997.

Le voyage de Jabel, Edilarge 1999, réédité chez le Palémon en 2004

Ma langue au chat, Le Palémon 2002

Dans une série Les hommes libres :

Tome 1 : Ils n'avaient que leurs mains, Le Palémon 2003

Tome 2 : Un brassard et des sabots, Le Palémon 2005

Tome 3 : Liberté Frankiz Fahafana, Le Palémon 2007

Dre vertuz ar graoñennn, Coop-Breizh 2012

Rédigé par Chris

Publié le 6 Octobre 2012

invitée : Michèle ARNAUD

Michèle Arnaud

est l’auteur de plusieurs romans et témoignages.

Elle conjugue sa passion des mots avec un engagement associatif dans le domaine du handicap et de l’emploi.

La vie des femmes dans tous leurs « états » et la discrimination,

qu’elle soit physique, sociale ou culturelle, constituent ses terrains de prédilection.

Elle a obtenue le Prix Solidarité pour son roman Latcho Drom (siloë, 2009).

____________

Bibliographie :

Au temps des cerises, entre Loire et Vilaine, Récit, Editions de l'Ouest, 1990

La Drive, roman, Ed. Ouest-France 1992

Prix des Arts et des Lettres de la ville de Cholet

Profil perdu, roman, Ed. Ouest-France, 1994, Reconnaissance des Ecrivains de France

Chante Beau Merle, roman, Ed. Ouest-France, 1997

J'ai rendez-vous avec vous, roman, Ed. Le Petite véhicule, 2000

Ruptures, récit, Ed. Anne Carrière, 2002

Latcho Drom, roman, Editions Siloë, 2009, Prix Solidarité 2011

Voie Traversière, roman, Ed. Siloë, 2010

Femmes aux semelles de vent, roman, Ed. Siloë, 2012

invitée : Michèle ARNAUD

Rédigé par Chris

Publié le 6 Octobre 2012

invitée : Marie-Hélène PROUTEAU

Marie-Hélène PROUTEAU

Finistérienne née à Brest, Marie-Hélène Prouteau a grandi à Nantes qu’elle a quittée pour ses études supérieures à Paris.

Professeur de Lettres, elle est l’auteur d’études littéraires parues aux éditions Ellipses (Paris).

Elle a écrit deux romans publiés à La Part Commune (Rennes) « Les Blessures fossiles » (2008) et « Les Balcons de la Loire » (2012).

Elle fait partie du comité de rédaction de la revue « Encres de Loire » éditée par la Région des Pays de la Loire, est membre des Amis de la Bibliothèque Municipale de Nantes et a été récemment élue Membre de l’Académie Littéraire de Bretagne et des Pays de Loire.

invitée : Marie-Hélène PROUTEAU

Rédigé par Chris

Publié le 6 Octobre 2012

invitée : Martine HIDOUX-ROUSSEL

Martine Hidoux-Roussel

est originaire de Saint-Nazaire. Montée à Paris, elle a suivi un cursus universitaire jusqu’à l’obtention d’une maitrise de lettres modernes, sous la direction de Bernadette Bricout, consacrée aux derniers conteurs et conteuses traditionnels des monts d’Arrée en Finistère, maîtrise qui se transformera en 2007 en un livre aux éditions Keltia graphic de Spézet.

Parallèlement à ses études elle a travaillé à l’encadrement d’handicapés mentaux. Enseignante, elle a suivi la formation de bibliothécaire documentaliste et exerce actuellement comme professeur-documentaliste dans un collège.

Passionnée de théâtre, elle fait partie d’une compagnie d’amateurs : l’Étoile.

Son deuxième ouvrage La terre et les forges, paru en fin 2011, aux éditions des Montagnes noires de Gourin, est consacré au destin d’une famille de paysans bretonnants du Morbihan ayant quitté leur misérable ferme à l’issue de la guerre de 1914 vers le paradis imaginé des grandes forges de Trignac. La terre promise, atteinte par la crise économique, ne tint pas ses promesses et leur adaptation sociale fut difficile. Le malheur, un accident de chantier vint les frapper. La mère, la courageuse Jeanne, qui a une certaine instruction, confie journellement ses difficultés à un carnet noir intime. Ce n’est qu’après sa mort que sa fille le découvrira et comprendra alors la pénible histoire de sa famille.

Cet ouvrage a reçu un excellent accueil et fait l’objet de réimpressions.

Martine Hidoux-Roussel prépare actuellement un nouvel ouvrage évoquant la population de Saint-Nazaire qui a vu ses foyers totalement rasés pendant les combats et bombardements de la fin de la seconde guerre mondiale et a du fuir dans les campagnes. Il en suivit pour ces victimes une longue série de traumatismes psychologiques, parfois sur plusieurs générations. Les logements « modernes » en longue bandes où on les relogea ne leur firent jamais oublier leurs vieilles maisons où avaient péri leurs souvenirs.

invitée : Martine HIDOUX-ROUSSEL

Rédigé par Chris

Publié le 6 Octobre 2012

invitée : Françoise LE MER

Françoise Le Mer

est née à Douarnenez en 1957. Ecrivain, auteur de romans policiers.

Depuis «Colin-Maillard à Ouessant», sorti en 1998, la romancière n'a cessé d'imaginer des intrigues se déroulant en Bretagne.

« J'essaie de parler de choses que je connais », dit-elle. « Je me rends sur les lieux de mes histoires, mais j'y reste peu de temps. Très vite, je sens l'atmosphère qui s'en dégage, les lumières qui changent et qui m'inspirent ».

Professeur de français à Quimper, elle se réserve la tranche horaire du matin pour écrire. « De 5h à 8h, je suis à mon roman. Le week-end, c'est les copies » !

Un rythme qui semble lui convenir car Françoise Le Mer signe, avec

Maux de tête à Carantec, son 13e roman, aux éditions Bargain. 

_____________

Bibliographie :

Colin-Maillard à Ouessant

La Lame du Tarot

Le Faucheur du Menez-Hom

L'oiseau noir de Plogonnec

Blues Bigouden à l'île Chevalier

Les santons de Granite rose

Les ombres de Morgat

Le mulon rouge de Guérande

L'Ange de Groix

Buffet froid à Pouldreuzic

Amours sur Bélon

Maître-chanteur à Landévennec

Maux de tête à Carantec

invitée : Françoise LE MER
invitée : Françoise LE MER

Thérèse André-Abdelaziz

« Issue d’un milieu modeste, père breton et mère vendéenne, aînée de 10 enfants dont des jumelles mort-nées, j’ai vécu à Guérande de 5 à 17 ans. Je vis actuellement à Nantes. »

« J’ai toujours écrit. A 10/11 ans, des illustrés pour fillettes (La Semaine de Suzette, Lisette) publient pour réels les souvenirs de vacances fictives que je leur envoie. Je découvre ainsi le pouvoir des mots et, à 13 ans, après la diffusion de ma première pièce radiophonique sur la chaîne parisienne, je décide d’être écrivain. Le déclic s’est produit dans la salle de cinéma paroissiale de Guérande, suite à la projection d’un documentaire illustrant le poème d’Aragon « La Rose et le réséda » lu par Jean-Louis Barrault. A 16 ans, second prix du conte attribué par le Collège des Bardes de Bretagne. »

« Amoureuse des mots, mon rapport à l’écriture est charnel. Je pars de l’impalpable et de l’intime lumière de l’instant. Mon écriture se nourrit de personnages et de lieux réels, transposés, revisités, réinventés, qui évoluent et se transforment. Mes univers sont multiples. J’explore toutes les formes d’écriture dans laquelle je suis entrée pour vivre mille vies. S’y entrelacent le fantastique, le réalisme, la poésie, l’humour qui peuvent évoluer dans un même texte car la frontière est parfois ténue. Ne pas écrire c’est hiberner, c’est être amputée. L’urgence d’écrire ne me quitte jamais. Je me réveille avec, je m’endors avec et j’écris tous les jours. »

« Je suis intervenue en tant que conteuse et, depuis une dizaine d’année, je fais des lectures publiques : extraits de mes ouvrages et ceux des autres. Je participe régulièrement aux cafés littéraires de La Rotonde, à Nantes, gérés par Eric Simon. Je fourmille de projets. »

Bibliographie

Moi, Julienne David, corsaire nantaise jamais soumise roman historique, Editions Ex æquo, collection Hors d’elles, 2012.

L’Estuaire, nouvelles, Editions Ex æquo collection Hors d’elles, 2011.

Autres éditions :

Verseau mon Ombre, Poèmes Ed. Nouveaux Cahiers de Jeunesse, Bordeaux, préface d’Auguste Bergot, Président des Jeux Floraux de Bretagne, 1964.

Quelque part une île, fait de société Ed.du CERF, Paris, coll."Pour quoi je vis"1980.

Je, femme d'immigré, livre-témoignage. Ed. du CERF, Paris, coll. "Pour quoi je vis » Préface de Christian Delorme 1987.

Réédition actualisée Je, femme d'immigré, livre-témoignage, La Part Commune, Rennes, nouvelle préface de Christian Delorme, ancien membre du Haut Conseil à l’Intégration 2004.

Reflets de Loire, textes d'accompagnement de photographies, Ed. Loire pour Tous, Nantes 2002.

Je m’appelle Atlantique, roman, La Part Commune, Rennes 2006.

Le 22 au Blason, nouvelle polar, « Les silences immobiles » en collectif, Cabane d’édition Le rire du serpent 2011.

Contes, nouvelles, poèmes, en collaboration ou en individuel dans des fanzines, revues, Ed. St-Germain des Prés, Malesherbes Ed., Ed. Brépols, France-Loisirs, Ed. du Gué à Grenoble etc entre 1964 et 2010.

- Pièces radiophoniques et théâtrales

( la 1ère à 13 ans, diffusée sur la Chaîne parisienne), soit :

7 pièces radiophoniques - 7 pièces théâtrales dont :

Rendez-vous à la maison bleue, balade poétique et visuelle dans l’univers de Chagall, écriture croisée avec François Chauvet, ABBAC Cie. Spectacle jeune public créé en février 2005 à Capellia La Chapelle/Erdre, et jouée jusqu’en 2007 sur les scènes nationales

Bourse d'aide à l'écriture théâtrale attribuée par la DMDTS en février 2002 pour le manuscrit La voix blanche

Résidence d’écriture La Chartreuse Villeneuve-lez-Avignon au CNES (Centre national des Ecritures du Spectacle) du 22/04 au 20/05 2003

Inédits : poèmes, récits, nouvelles, théâtre.

Pigiste pendant dix ans pour des hebdos parisien, genevois et haut-savoyard

invitée : Françoise LE MER

Rédigé par Chris