Publié le 31 Août 2015

Mise en lumière de deux grands artistes

Ce salon sur le thème : La Bretagne illustrée a le plaisir de mettre en lumière, deux grands artistes de Bretagne. La parution de plusieurs livres sur ces auteurs nous a offert cette chance de pouvoir mettre en valeur leur œuvre.

Bruno Le Floc'h & René-Yves Creston

René-Yves Creston

Fondateur du mouvement Ar Seiz Breur, artiste militant, ethnologue, René-Yves Creston (1898-1964) est resté attaché au Saint-Nazaire de sa naissance et à la presqu'île de Guérande, entre Brière et marais salants.

«René-Yves Creston, L'instant du geste »

par Gildas Buron, Saphyr Creston, Michaële Simonnin, aux éditions Locus Solus.

Ce livre est un brillant panorama commenté de ses images sur la vie et les univers de cette région. La plupart sont inédites. Le titre l'indique, les attitudes au travail sont très bien rendues : dans les marais salants, aux champs, sur la côte, dans les ports du Croisic et de La Turballe… Creston fut un illustrateur renommé et un grand voyageur qui, pour le Musée de l'Homme à Paris, devenu celui des Arts et Traditions Populaires, mais aussi pour le CNRS ou l'Institut, a nourri son œuvre humaniste du quotidien populaire. Il a fondé le Musée d'Art et d'Histoire de Saint-Brieuc.

Les auteurs : Gildas Buron, Saphyr Creston et Michaële Simonnin, seront présents au Festival du Livre en Bretagne de Guérande, sur le stand des éditions Locus Solus et pour une table ronde samedi à 14 h 30.
Exposition : «René-Yves Creston, L'instant du geste » au Musée des Marais Salants de Batz-sur-Mer, jusqu'au 3 janvier 2016.
Bruno Le Floc'h & René-Yves Creston

Bruno Le Floc'h

Créateur bigouden, Bruno Le Floc’h (1957-2012), s’est souvent inspiré de son pays natal pour ressusciter les atmosphères de ce territoire mi-rural, mi-côtier, entre misère des terres et sauvagerie de la mer. Dans ses albums de bande dessinée (Au bord du monde, Trois éclats blancs, Une après-midi d’été…) s’exacerbent sentiments et superstitions de personnages forts, à l’image de son héroïne Perdrix.

Riche de dessins rares issus de son atelier, de travaux méconnus et de carnets de croquis, ce livre est une plongée en mots et en images dans l’univers de l’artiste.

« Mode à croquer : Bruno Le Floc'h et son Pays Bigouden »

par Armelle Le Minor et Brieg Haslé-Le Gall, aux éditions Locus Solus.

Armelle Le Minor et Brieg Haslé-Le Gall seront présents au Festival du Livre en Bretagne de Guérande, sur le stand des éditions Locus Solus.
Association Les Amis de Bruno Le Floc’h : http://www.auborddumonde.org
Bruno Le Floc'h & René-Yves Creston

Vient de paraître aux éditions Locus Solus, une nouvelle édition entièrement revue et enrichie, de l'album introuvable depuis des années :

Bruno Le Floc'h

PAYSAGE AU CHIEN ROUGE

Paul Gauguin à Pont-Aven

« Paul Gauguin est chargé par un aventurier des mers de recouvrir une toile mystérieuse et scandaleuse d'un autre grand peintre (L’origine du monde, d'un certain Courbet…). Il peint donc sur ce chef-d'œuvre un paysage champêtre au petit chien. L'aventure de ce tableau est un beau prétexte pour évoquer le pays de Pont-Aven et présenter de fameux personnages qui ont entouré le bouillonnant et génial Paul Gauguin. »

La bande dessinée est enrichie d'un cahier graphique qui comprend des crayonnés et des recherches de l'auteur, il est accompagné d'une présentation de Brieg Haslé-Le Gall. L'album est préfacé par Estelle Guille des Buttes-Fresneau, conservatrice en chef du Musée de Pont-Aven.

Bruno Le Floc'h & René-Yves Creston
A lire aussi :
L'intégrale des Chroniques Outremers
de Bruno Le Floc'h

Couverture inédite avec un dossier graphique de 22 pages présentant de nombreux dessins d'atelier inédits et une présentation signé Brieg Haslé-Le Gall avec la complicité de Armelle Le Minor.

Editions Dargaud

© Bruno Le Floc'h / Dargaud

Bruno Le Floc'h & René-Yves Creston

EXPOSITION

pendant le Festival du Livre

"Planches bretonnes de Bruno Le Floc'h"

Avec le soutien de l'Association Les Amis de Bruno Le Floc’h :

http://www.auborddumonde.org

© Bruno Le Floc’h / ABLF

Bruno Le Floc'h & René-Yves Creston
A lire ou à relire :
Trois éclats blancs
et Une après-midi d'été
de Bruno Le Floc'h

Editions Delcourt

Bruno Le Floc'h & René-Yves Creston

© Bruno Le Floc'h / Delcourt

Publié le 18 Août 2015

Nono dessine sa Bretagne au festival du livre

La Bretagne illustrée est le thème qui a été retenu pour la 12e édition du Festival du livre en Bretagne de Guérande. Le dessinateur et caricaturiste Joël Auvin, alias Nono est l’invité d’honneur.

- Entretien publié dans Ouest-France le mercredi 12 août 2015 -

2) Entretien avec NONO par Mélanie Barbotin
Vous avez travaillé pendant 25 ans à Ouest-France comme dessinateur de presse avant de rejoindre Le Télégramme. Quelle est votre technique de travail ?

Je fais un dessin assez rapide alors que pour la bande dessinée s’inscrit dans le temps. J’aime ce rythme quotidien de production que je trouve dans un journal. Le dessin de presse est fait pour rire mais surtout pour fait pour réfléchir. Je relie souvent deux événements du jour. Je suis de la vieille école je n’utilise pas l’ordinateur et je fais encore tout à l’aquarelle. Je trace d’abord une esquisse rapide, puis j’encre les dessins pour les coloriser. J’aime les bulles avec des phrases courtes, qui relèvent du langage parlé. Je mets souvent quelques mots bretons en plus.

Quels sont vos sujets de prédilection lorsque vous dessinez ?

J’utilise des signes qui sont reconnaissables par tous. J’aime dessiner des Bigoudens quand je veux faire parler une grand-mère, même si la mienne n’était pas bigoudène et portait la coiffe de Lorient. Dans mes caricatures j’utilise aussi beaucoup d’hommes politiques ou des stéréotypes de personnages, comme le patron ou l’ouvrier.

Vous imposez-vous certaines limites lorsque vous réalisez une caricature ?

Cette année, il y a eu la grande question de la Liberté d’expression, avec les attentats de Charlie Hebdo. Quand on est dessinateur on est très attaché à la liberté d’expression. Après, caricaturer quelqu’un ce n’est pas évident, il faut chercher les traits qui peuvent être accentués. C’est irrévérencieux. Mais pour que ce soit réussi il faut que le lecteur reconnaisse tout de suite de quoi on parle, il ne faut pas qu’il y ait d’ambiguïté. Sinon, on peut tout dessiner même les sujets les plus graves, même si on ne fait pas forcément quelque chose de très drôle.

2) Entretien avec NONO par Mélanie Barbotin
Pourquoi signez-vous vos dessins Nono ?

C’est tout bête, quand j’avais quatorze ans, il y avait un feuilleton télévisé avec un garçon brun aux cheveux frisés comme moi, qui s’appelait Nono. Mes copains ont commencé à m’appeler comme ça. C’est resté et il me fallait un surnom pour signer.

Lors du Festival du livre en Bretagne de Guérande, vous allez animer avec Paul Burel, un autre journaliste, une conférence drolatique, qu’est-ce que c’est ?

Avec Paul Burel nous avons écrit un livre sur l’école de Pont-Aven, un mouvement de peinture qui est apparu à la fin du XIXe siècle. Ensemble on a voulu raconter comment et pourquoi des artistes américains et parisiens se sont déplacés à Pont- Aven pour peindre. Mais pour ça, on utilise l’humour. Notre conférence s’appelle Les colles de Pont-Aven. Il y aura une sélection de dessins qui seront projetés, en même temps.

Propos recueillis par Mélanie BARBOTIN.

Portrait de NONO © Photo Elodie Cloarec

Du 19 au 22 novembre, Festival du livre en Bretagne de Guérande.

Plus d’informations sur http://festivaldulivreenbretagnedeguerande.overblog.com

___________________________________________________________________________

- L'équipe du Festival remercie Mélanie Barbotin et Ouest-France pour leur autorisation, pour reproduire cet entretien sur le site internet du Festival du Livre en Bretagne de Guérande. -

2) Entretien avec NONO par Mélanie Barbotin

...>